compteur    

Bookmark and Share

 

L’écriture automatique

Et

La médiumnité

 

                Qu’est ce qu’un médium ? D’ailleurs que veut dire ce mot ? Si nous prenons un dictionnaire cela signifie « milieu ». Donc cela signifie qu’un médium se situe au milieu de deux réalités. C’est un maillon entre les hommes et l’au-delà. Je dirais même un pied sur terre et un pied dans le vide.

            Etre un médium cela signifie qu’on a le don d’être relié aux hommes pour transmettre des messages d’ailleurs. Je dis « d’ailleurs » car il y a plusieurs niveaux dans l’au-delà. Chaque médium se situe à des niveaux différents. La plupart des médiums sont reliés directement à ce que nous appelons le paradis et d’autres sont reliés à la maison des hommes, plus proches des hommes en transit pour revenir sur terre (maison de l'attente). Par contre n’oublions pas que certains médiums communiquent avec des âmes errantes (les limbes).

            Souvent je définis la médiumnité comme étant une porte qui s’ouvre sur un couloir. De chaque coté il y a plein d’autres portes. Aucune ne débouche sur une réalité identique à celle des autres portes. On ne peut ouvrir qu’une porte, voir deux ou trois si elles sont complémentaires. Mais ce n’est pas l’humain qui en décide, car la médiumnité ne s’apprend pas ! Ce sont des dons venus d’ailleurs que l’on doit accepter, malgré nous, et les assumer en tant que relais ou canal vers les autres hommes.

            Le plus difficile c’est de définir quel genre de médium nous sommes mais aussi avec qui nous communiquons. J’insiste sur ce problème car il est indispensable de connaître l’identité du contact et d’avoir la, ou les preuves, que c’est dans un but réel. Dans le cas des âmes errantes, il y a des entités gentilles, mais qui peuvent devenir aigries par le temps et l’ennui. Il existe aussi des entités perverses et méchantes. Donc si vous avez l’intention de vous lancer dans des expériences de spiritisme ou d’ésotérisme, je vous dis très clairement « Attention DANGER! ». Ce n’est pas aussi simple que vous pouvez le penser. Il y a des risques certains. Les mauvaises surprises sont difficiles à réparer par la suite. Sans oublier bien sur : l’effet boumerang, ou l'effet miroir. Passer de l'autre coté du miroir ne signifie pas qu'on va en revenir indemne. Le DANGER est réel............

            Personnellement je pratique les « écritures automatiques » et non pas les « écritures spontanées ». La différence est très importante et pourtant le lien est réel. La difficulté c’est de pouvoir déterminer quel genre d’écriture on pratique. En dissociant le subconscient, bien sur, de notre conscient.

L’écriture spontanée consiste à dialoguer avec son subconscient. Plus simplement je dirais purger son subconscient. En revanche l’écriture automatique c’est un dialogue avec une entité. Il s’agit d’un dialogue le plus souvent intime entre deux amis. Le but est le plus souvent un message ou une initiation spirituelle : donc un don divin à respecter comme tel.

Ces formes de contacts ont généralement pour but de transmettre un « message » pour une tierce personne mais ce message peut nous être destiné directement. Très souvent c’est un message spirituel.

 Certains disent que l’écriture automatique c’est un don divin. En ce qui me concerne j’en suis convaincu. En général, à ce don se rajoute souvent d’autres dons, comme le magnétisme ou la voyance, sous des formes diverses. C’était mon cas mais j’ai refusé ces dons "annexes". Mon seul but était de savoir pourquoi j’étais sur terre et tout ce qu’il y avait de l’autre côté après la mort. Très souvent ce genre de dons arrive après une catastrophe dans notre vie. C’est ce que j’appelle « un clash » qui se produit à la suite de la perte d’un être cher, ou que notre vie est partie en mille morceaux.

            Je disais que l’écriture automatique était très proche de l’écriture spontanée. Le lien c’est le subconscient. Dans le cas de l’écriture automatique comme dans la plus part des dons médiumniques, le message passe d’abord par le subconscient avant de venir dans le conscient puis dans le bras et dans la main, dans le cas de l’écriture automatique.

Il est certain et obligatoire qu’on ne doit pas écrire ce qu’on voudrait lire. C’est là que réside toute la difficulté. Il faut faire la barrière entre notre réalité et ce qu’on va découvrir. Par contre mettre une barrière entre le subconscient et le conscient, c’est fermer la porte au lien de transmission du message. D’où l’obligation de rester ENTIER.

 Au début il est indispensable de poser des questions (tester) et de définir un but à atteindre. D’ailleurs ça fait parti d’un apprentissage. Pour ma part, pour être sur que je n’écrivais pas ce que j’aurais aimé lire, j’ai commencé par procéder de la façon suivante : j’attendais et je découvrais au fur et à mesure ce que j’écrivais. Je ne posais pas de question. C’est à ce moment là que j’ai été le premier surpris. 

 Déjà l’écriture est différente de la vôtre : souvent c’est comme une écriture d’enfant, au début. Bien évidemment on pratique involontairement les deux sortes d’écritures mais la différence c’est que dans le cas de l’écriture automatique on lit et on découvre ce qu’on écrit, sans y réfléchir, ou préparer d'avance le sujet à venir.

La plus grande surprise que j’ai eu c’était d’écrire des choses que je n’aurais jamais pu imaginer. Si c’était mon subconscient qui me dictait ces écrits. Je me demande, encore, comment il pouvait être plus intelligent que moi. Je me demande aussi comment il pouvait faire pour m’envoyer, à 700 km de chez moi, découvrir des choses que je ne connaissais pas, ou que je ne maîtrisais pas moi même. Mais  j’écrivais réellement ces choses. J’ai découvert et j’ai vécu des choses inimaginables, impossible de penser que je pouvais tricher.

            Quand j’ai commencé ce genre d’expérience j’étais prêt à aller très loin, quelque soit le risque. J’avais tout perdu et la seule chose qui me restait c’était la vie, une vie sans but et complètement détruite. On peut dire qu’elle ne valait plus grand chose. En plus j’avais la rage car je pensais que c’était des mauvais esprits qui avaient organisé ce clash dans ma vie. Je reconnais que c'était un combat venant de ma part. J'avais également l'envie de me venger.

 J’ai eu la chance que mon meilleur ami soit un homme qui travaillait en milieu psychiatrique. Ses conseils furent précieux. Je précise qu’il est le seul à qui j’ai pu expliquer ce qui m’arrivait. Chaque fois que j’en parlais aux autres, on disait que c’était dingue mais très vite les gens disent qu’on est devenu dingue.  Aujourd’hui je pense que j’ai été dingue d’aller aussi loin. Paradoxalement ceux qui disaient que j’étais dingue au départ ce sont eux aujourd’hui, qui viennent me demander des conseils.

            Le pire c’est qu’on est seul à assumer ce qu’on découvre. C’est la raison principale pour laquelle j’ai fait ce texte : briser la solitude. Pas ma solitude, mais celle de ceux qui vivent ce genre de passage dans leur vie. J’aimerais que les lecteurs comparent ce qu’ils écrivent et puissent en parler librement entre eux. Tout ceux qui se retrouvent du jour au lendemain avec un don médiumnique, se retrouvent seuls face à leur problème. Car c’est un problème qui vient perturber notre vie entière. Déjà il nous faut accepter ce qui nous arrive puis ensuite il faut assumer et pouvoir gérer. 

            Une fois que les autres médiums ont accepté leur réalité ils ne sont jamais seuls. Sauf pour ceux qui gardent ça pour eux parce qu’ils ont peur d’en parler. Quand un voyant tire les cartes à une autre personne, ils sont deux et il y a un dialogue entre ces deux personnes. Il en est de même pour le magnétiseur : il n’a aucune crainte à avoir puisqu’il est là pour soulager ou chercher quelque chose. En revanche celui qui fait de l’écriture automatique, lui il reste seul avec son jardin secret. Je dis souvent que je suis un "individualiste". Dans ce mot il y a : "individu" = seul. Mais il y a aussi "dualiste" = combat avec soit même ou la réalité des autres là haut.

            Pour revenir sur la réalité des médiums, j’ai la certitude que tous les messagers des écritures saintes étaient des médiums. Que ce soit Moïse, Jésus ou Mahomet, tous étaient des médiums. Ils communiquaient avec une autre réalité. Pour eux c’était Dieu mais ça ne change rien sur le principe. Qu’on communique avec Dieu, avec un ange ou une entité c’est pareil. Le processus reste identique : il y a une ouverture sur une autre dimension.

Personnellement je ne garde que l’intuition. C’est aussi un don médiumnique. C’est comme les rêves prémonitoires : on nous prévient d’un danger. En cas de danger, je ressens une sorte d’angoisse. Le rêve est plus fort et plus explicite. Moi c’est un choix que j’ai fait. Avec le don que j’ai si je voulais, je pourrais tout savoir y compris pour les autres. Je le refuse car je m’interdis de savoir mon destin et je refuse d’indiquer une route aux autres hommes. La grande difficulté c’est de pouvoir définir un temps, une période. Tout est imprécis et souvent il faut interpréter.

 D’où vient ce manque de précision ? Tout simplement parce que la notion du temps est différente dans l’au delà. J’ajouterais à cela que, si sur terre nous avons des centaines de langues différentes, de l’autre côté de la barrière rien ne prouve qu’on parle anglais, français ou espagnol. Je suis certain qu'il y a un langage universel. Inévitablement il y a traduction. J’en suis convaincu car dans mes écritures j’ai des mots inconnus d’origine grecque par exemple ou anglaise. A une époque j'écrivais dans une langue codée. Je dis codée car elle était faite de signes ou de dessins. Une sorte de jeu au départ pour apprendre ce genre de communication. Mais cela permet de débloquer des barrières.

            Je pense que tout le monde a un don caché. Souvent j’ai entendu dire les dons ça se cultive. La difficulté c’est de savoir quel don est en nous. Toute ma vie j’ai été convaincu d’avoir un ange gardien. Jamais je n’ai pensé essayer de dialoguer avec lui. Je lui faisais des petits signes comme ça, le plus simplement du monde. Je le remerciais quand j’avais senti sa présence dans mes moments difficiles, mais jamais je n’ai pensé aller vers lui ou elle.

 Il a fallu ce clash dans ma vie pour que je me pose des questions essentielles. Un jour je me suis aperçu que quand j’écrivais du courrier je n’étais pas seul. Avant de commencer une lettre j’y pense et je construis cette lettre dans ma tête. A cette époque je me suis rendu compte que je n’écrivais jamais ce que j’avais prévu au début.

 Puis un jour j’ai lu  un livre d’Allan Kardec où j’ai découvert qu’on pouvait dialoguer avec l’au delà. Ce fut une révélation pour moi. En trois jours j’écrivais, mal mais j’écrivais. Il y a eu tout un apprentissage : écriture bâton, dessins, etc…. Le but était de parfaire le lien.

Bizarrement j’ai eu simultanément le don de voir des choses chez les gens que je ne connaissais pas. Je n’ai jamais su gérer cette chose. J’avais l’impression de violer les autres dans leur intimité. Le pire c’est que les gens s’en rendaient compte et ils devenaient très agressifs à mon égard. De plus je ne voyais que des choses horribles. J’avais l’impression de lire dans leur esprit comme dans un livre ouvert. Même si je détournais le regard c'était trop tard: le lien était fait. Je sais aussi quand on me ment.... ça m'amuse en fait.....

            Ce qui m’étonnera toujours c’est que les gens qui ont des dons particuliers, ou qui ont vécu des choses très spéciales viennent spontanément m’en parler. Pourtant je n’ai jamais dit à personne ce que je faisais dans mes moments de solitude. Je crois et je suis persuadé que les médiums ont un lien entre eux et savent se reconnaître : des ondes différentes. Souvent il suffit d'un mot ou d'un regard........

Un jour j’ai vu une gitane venir vers moi pour me faire les lignes de la main. Aussitôt elle a reculé et m’a dit : non pas à toi ! Qu’avons-nous de plus que les autres ou de différent? Est-ce que nous accumulons cette lumière qui nous sert de lien avec l’au delà ? Je dis souvent que j'ai la "fureur" en moi. Un sorte d'énergie incroyable difficilement canalisable dans certaines situations. Elle est en moi et prête à exploser en cas de danger par exemple.

Cela me rappelle que ces expériences sont très consommatrices d’énergie. Au début pour écrire trois mots je passais un temps fou et c’était épuisant. Aujourd’hui je peux écrire 10 pages d’affilée et être n’importe où. Je peux même regarder un film ou écouter de la musique tout en écrivant. L’astuce c’est de faire cela le plus naturellement du monde tout en gardant le fil de ce que l’on écrit. Je n’ai pas toujours eu que des gentils dans mes contacts. Ça aussi il faut le savoir : tout n’est pas rose. Par exemple j'adore écrire quand il y a de l'orage. C'est un peu comme si l'énergie de cet orage accentuait ce genre de communication.

Une fois les portes ouvertes n’importe qui peut venir dans le couloir qui me relie avec eux là haut. Ma sécurité c’est que je n’ai peur de rien. Bien sur que je sais ce qu’est la peur, mais je refuse d’y succomber. Dès que je sens la peur la fureur est en moi. Là je pense à ces gens qui ont le même don que moi et qui n’osent pas pousser le bouchon plus loin. Je pense aussi à ces gens qui liront ces écrits que j’ai et qui seront tentés d’en faire autant. Pour aller aussi loin, il faut être fou et avoir un moral d’acier à toute épreuve. Si le médium a un pied sur terre et l’autre dans une autre réalité, pour se lancer dans des expériences du même genre, il lui faut être bien dans sa tête. Sinon c’est le clash assuré.

 

                                                                                        RETOUR à l'écriture automatique

                                                                                                     RETOUR à l'ACCUEIL